Les petits béchers font les grandes expériences !

Les petits béchers font les grandes expériences !

Le pudding à l'arsenic (1)

 

Bien le bonjour à tous :)

La fameuse chanson du "pudding à l'arsenic" chantée par Amonbofis et Tournevis dans le dessin animé "Astérix et Cléopâtre" nous délivre un véritable feux d'artifice de poisons et de produits toxiques. Analysons les produits de cette recette musicale chimie à l'appui ;)

 

 Les ingrédients intéressants :

 

  • Le curare
  • L'arsenic
  • La strychnine
  • La morphine
  • La ciguë
  • La mort-aux-rats
  • Le vert de gris
  • Le vitriol

Le premier article portera donc sur le curare, les autres composés seront évoqués dans les prochains articles.

Le curare

Le curare correspond à une famille de composés extraite des lianes de type strychnos. La strychnine peut également être extraite de certains de ces végétaux (autre poison que l'on étudiera dans le troisième article lié à cette chansons). Cependant la présence de strychnine dans ces espèces est plutôt rare comparée aux curares.

 

Strychnos toxifera :

Strychnos_toxifera_-_Köhler–s_Medizinal-Pflanzen-267.jpg

 

Strychnos Toxifera 1887, Koehler

 

Les curares étaient notamment employés par les Amérindiens comme poisons pour enduire le bout de leur flèche. Ce poison provoque une paralysie et un relâchement musculaire, la mort provient alors d'une incapacité à contracter les muscles de la cage thoracique, les victimes décèdent donc par étouffement.

 

En médecine on utilise les curares en tant qu'anesthésiants car ils permettent une décontraction des muscles (effet myorelaxant). Le grand avantage de ce composé en anesthésie est qu'il affecte les muscles squelettiques (système nerveux somatique affecté), mais pas les muscles plus vitaux comme le cœur et l'estomac. Sous réserve de brancher le patient sous assistance respiratoire, on peut donc l'utiliser comme anesthésiant sans risque pour le cœur.

 

Les curares extraits des plantes sont composés d'un grand nombre de molécules. C'est l'un de ces composés : le curare d-tubocurarine qui a été utilisé en tant qu'anesthésiant.

 

 Tubocurarine.png

 

Mode d'action des curares dans le corps

 

Pour bien comprendre comment agissent les curares pour provoquer un relâchement musculaire, il est important de bien comprendre le fonctionnement du système nerveux. Pour cela j'ai trouvé une vidéo YouTube de Mme Chantal Proulx qui explique très bien la propagation de l'information par les neurones.

 

 

 Dans le cas des curares se sont les motoneurones qui interviennent, ils sont responsables des mouvements du squelette. Le neurotransmetteur responsable de la transmission de l'influx nerveux entre le neurone présynaptique et post-synaptique est l'acétylcholine.

 

acétylcholine.png

 

L'acétylcholine se fixe donc sur un récepteur du neurone post-synaptique pour provoquer la contraction musculaire, puis après quelques millisecondes, elle se détache et est dégradée par les enzymes cholinestérase de la fente synaptique : c'est la relaxation du muscle.

 

Si l'on observe bien la structure du curare, ce dernier porte un groupement fonctionnel ammonium (un azote formant quatre liaisons). On remarque également que l'acétylcholine possède aussi ce groupement fonctionnel. Ainsi il est aisé au curare de "mimer" l'acétylcholine et de venir se fixer sur les récepteurs à la place de cette dernière. De plus à la différence de l'acétylcholine le curare ne provoque pas de contraction musculaire une fois qu'il est fixé sur le récepteur. L'acétylcholine ne peut donc venir se fixer et est dégradée directement dans la fente synaptique. Le muscle ne peut donc plus se contracter.

 

 

Références

  • wikipédia sur le curare

  • http://sofia.medicalistes.org/spip/spip.php?article267
  • http://sofia.medicalistes.org/spip/spip.php?article387#lescurares
  • http://pourquoilecielestbleu.cafe-sciences.org/articles/les-plantes-et-leurs-poisons-7-le-curare/

 

Le dernier site cité ci dessus est d'ailleurs un très bon blog de chimie, je vous le conseille ;)



20/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser